L’Hôpital fantôme

L’Hôpital fantôme

Il faut sauver le Centre Jacques-Viger

Peut-être aviez-vous vu, à la fin de novembre dernier, un reportage au Téléjournal 18h où Patrice Roy rencontre un citoyen qui s’inquiète de l’avenir de l’Hôpital Jacques-Viger. Les plus anciennes parties du centre hospitalier, autrefois appelé l’Hôpital général de la Miséricorde, datent de 1853 et il est laissé à l’abandon depuis 2012.

Occupant le quadrilatère René-Lévesque – Saint-André – Gauchetière – Saint-Hubert, Jacques-Viger a connu plusieurs vocations différentes. Il avait d’abord été construit par les Soeurs de la Miséricorde, communauté qui se vouait à l’accueil des mères célibataires et des enfants abandonnés. Il devient l’Hôpital de la

maternité en 1887 puis est rebaptisé Hôpital général de Miséricorde en 1925. En pleine expansion, les derniers pavillons sont inaugurés à la fin des années 1940. C’est en 1975 que l’établissement prend le nom de Centre Jacques-Viger. C’est en 2007 commence la fermeture progressive du CHSLD après avoir été déclaré non sécuritaire.
Un groupe a un projet pour revitaliser ce bâtiment important pour la Ville de Montréal du point de vue historique et patrimonial. La Coalition du Quatuor Quartier latin a émis un communiqué  pour présenter leur projet aux visées à la fois multigénérationnelle, environnementale, culturelle et communautaire. Pour l’instant, sont annoncés dans ce communiqué :

  • Un volet famille où la Coopérative d’habitation Testan gérerait environ 160 logements dont 33 % ont trois chambres à coucher et plus ;
  • Un volet résidence pour des hommes âgés de 55 ans et plus qui ont terminé un cheminement à La Maison du Père ;
  • Un volet muséal pour une partie des bâtiments incluant une chapelle dont le promoteur reste à confirmer ;
  • Un volet espaces communautaires et ateliers d’artistes dont Ateliers créatifs Montréal seraient l’un des promoteurs.

 

La Coalition, regroupée autour de la Table de concertation du Faubourg Saint-Laurent, rassemble Ateliers créatifs Montréal, Atelier Habitation Montréal, Comité logement

Ville-Marie, Groupe CDH et La Maison du Père. Elle invite la Ville à racheter le bâtiment appartenant actuellement à la province. Son emplacement est central pour le quartier et pourrait être mieux investi. Le Plan d’action de la stratégie centre-ville (juin 2017) reconnaît d’ailleurs l’importance du site etrecommande « une occupation à des fins diversifiées à dominante résidentielle, pouvant comprendre un équipement collectif, de même que la mise en valeur des éléments patrimoniaux pouvant être conservés » (p. 35). Dans la prise de possession de l’établissement par Québec, une clause stipulait que le site devait continuer d’être utilisé à des fins de santé et des objectifs sociaux.

Voies culturelles des faubourgs appuie entièrement ce projet de sauver le Centre Jacques-Viger du délabrement. Nous avons confiance que la Coalition saura investir ce lieu riche d’histoire pour en faire un projet qui saura répondre aux besoins des citoyens et citoyennes du quartier.

 

Suivez la Coalition sur Facebook et Twitter

 

Ce texte est d’abord paru dans notre infolettre.
Abonnez-vous pour ne rien manquer !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *