Une vitrine sur les Faubourgs 2012

De l’été 2012 au printemps 2015, le parc des Faubourgs a arboré les couleurs de Voies culturelles des faubourgs et de ses membres. En effet, le 9 juillet 2012, une première édition de l’exposition Une vitrine sur les Faubourgs  a été dévoilée dans cet espace situé à l’angle de l’avenue De Lorimier et de la rue Ontario. Avec ce projet, Voies culturelles des faubourgs souhaitait souligner l’apport des acteurs culturels du territoire où elle œuvre au dynamisme du quartier, puis révéler, dans ce secteur de l’arrondissement de Ville-Marie, les différents visages du regroupement solidaire qu’est l’organisme. L’exposition était constituée de 36 panneaux, de quatre pieds par huit pieds, montés sur des charpentes d’exposition. Le gabarit de chaque panneau avait été conçu pour capter tant l’attention des passants que celle des automobilistes empruntant le pont Jacques-Cartier pour arriver sur l’île de Montréal. Malencontreusement, cette exposition a été vandalisée en avril 2015, suite à quoi Voies culturelles des faubourgs a installé une deuxième édition d’Une vitrine sur les Faubourgs dans le même parc, deuxième édition qui a pris une toute autre forme que la première (vous trouverez sur notre site une description de cette deuxième édition de l’exposition en cliquant ici).

L’objectif de la première édition d’Une vitrine sur les Faubourgs

En plus d’illustrer la vitalité des membres de Voies culturelles des faubourgs, cette exposition visait à rappeler que les Faubourgs regroupent l’une des plus grandes concentrations de créateurs, d’organismes et d’institutions culturels à Montréal. Ce projet avait donc pour objectif de souligner le fait que, de par son foisonnement créatif, ce quartier contribue résolument à faire de Montréal une véritable métropole culturelle. Plus spécifiquement, Voies culturelles des faubourgs entendait rencontrer, avec ce projet, les objectifs suivants :

  • Permettre au public et aux décideurs de constater l’effervescence culturelle du quartier ;
  • Développer chez les citoyens un esprit d’appartenance eu égard à la vitalité et à la communauté artistiques du quartier ;
  • Confirmer l’importance du rôle que joue la culture dans le développement local ;
  • Offrir une vitrine aux artistes et aux organismes culturels œuvrant dans les Faubourgs ;
  • Accroître l’achalandage dans le quartier.

 

Expo_Vitrine_ParcFaubourgs_11

 

 

 La réalisation de cette exposition

En vue de constituer cette exposition, élaborée pour être visible et captivante aussi bien pour les automobilistes circulant rapidement que pour les passants, Voies culturelles des faubourgs a lancé un appel de projet à ses membres, à tous les acteurs culturels du territoire ainsi qu’aux organismes communautaires qui s’y trouvaient et dont la mission comportait un volet culturel.

Chacun des 36 panneaux installés dressait un portrait des organismes participants ou présentait quelques œuvres d’artistes membres de Voies culturelles des faubourgs. Chaque organisme a assumé lui-même la responsabilité de concevoir son panneau (montage de photographies ou d’illustrations) à partir d’un gabarit, de matériaux et de consignes précises qu’avait fournis Voies culturelles des faubourgs en vue d’assurer la cohésion visuelle de l’ensemble.

Nombre des enseignes produites à l’issue de ce processus comportaient un bref descriptif des organismes qui les avaient créées et des images servant à illustrer le mandat, l’historique ou les grandes réalisations de ces établissements. N’étant associé à aucun organisme en particulier, les 12 artistes ayant participé au projet ont, quant à eux, fourni des reproductions photographiques de certaines de leurs œuvres. Ces reproductions ont également été intégrées à l’exposition et présentées au parc des Faubourgs.

La cueillette des fichiers numériques fournis par ces divers participants et la réalisation des étapes préalables à la présentation de l’exposition ont été coordonnées par Mario Pascal, alors directeur général de Voies culturelles des faubourgs. C’est aussi lui qui s’est chargé de la conception infographique et graphique de l’exposition.

En parallèle de cette première édition d’Une vitrine sur les Faubourgs, des œuvres ont été présentées tout l’été au Marché Saint-Jacques dans une autre exposition qu’avait organisée Voies culturelles en collaboration avec la Corporation des marchés publics. Ces artistes étaient : Carol Abric, Alexandre Chartrand, Marie-Andrée Couture, Nathalie Ducharme, Renée Gélinas, Louise Hamel, Gaby Kassas, Claude LeBlanc, Sylvie Lupien, Michel Pedneault, France Rhéaume, Marie Samuel Levasseur, Mylène Tardif, Annik Thérien, Gabrielle Thérien et Patrycja Watson.

Le vernissage de l’exposition

Alexis Martin, comédien, dramaturge et codirecteur du Nouveau Théâtre expérimental, qui a pignon sur rue dans le quartier, a agi comme porte-parole de l’événement. Les divers intervenants ayant pris la parole lors du vernissage ont tenu à souligner à quel point l’arrondissement de Ville-Marie est devenu un véritable microcosme regroupant la plus importante concentration de créateurs ainsi que d’institutions et d’organismes culturels de la métropole. Du premier faubourg de Montréal en passant par l’âge d’or industriel, le quartier a connu de nombreuses mutations. Peu à peu, plusieurs institutions culturelles et médiatiques ainsi que de nombreux artistes s’y sont établis, tissant progressivement une toile culturelle sur tout le territoire et créant ainsi un des plus importants carrefours culturels de Montréal. Pour illustrer concrètement cette évolution, les invités ont été conviés à découvrir la Coopérative Lezarts, son espace d’exposition, soit La Chaufferie, et l’installation monumentale qui y était alors présentée, Rassemblement.

Les retombées de cette exposition

Plus de 80 personnes, dont des journalistes, ont répondu à l’invitation que Voies culturelles avait lancée et se sont présentées à la conférence de presse ayant eu lieu lors du vernissage du 9 juillet 2012. Cette grande participation des élus, du milieu et des citoyens témoignait du fort intérêt que chacun démontrait pour ce projet. À la suite de cette exposition, Voies culturelles des faubourgs a même recruté de nouveaux membres en 2013-2014, dont le Cirque Éloize et le Marché St-Jacques, de sorte que, grâce à ce projet et à d’autres efforts, l’organisme comptait alors plus de 60 membres.

Les partenaires impliqués

Dans le cadre de ce projet, la Caisse Desjardins du Quartier-Latin de Montréal s’est d’abord jointe à Voies culturelles des faubourgs à titre de partenaire financier. L’organisme a aussi sollicité l’aide des élus locaux, qui ont répondu positivement à l’appel.

Pour réaliser le montage de cette exposition, Voies culturelles des faubourgs a également pu compter sur la précieuse collaboration de monsieur Louis Hébert, contremaître à la Division de l’horticulture et de l’arboriculture de l’Arrondissement de Ville-Marie, et sur l’aide de son équipe. Notons, par ailleurs, que monsieur René Jacques, directeur du Bain Mathieu, s’est chargé bénévolement d’installer les panneaux sur les structures d’exposition avec un membre de son équipe.

Entre autres partenaires, l’organisme Tandem Ville-Marie a aussi contribué à coordonner la préparation des lieux en vue de la tenue d’une conférence de presse qui a précédé le vernissage de l’exposition. Durant le vernissage, Tandem Ville-Marie s’est en plus chargée de servir les invités. D’autre part, Tandem a participé à la recherche de commandite pour les victuailles. Cet organisme a alors approché la boulangerie Arhoma, qui a généreusement donné des produits alimentaires à Voies culturelles pour le vernissage. Enfin, au cours de ce dernier, Voies culturelles a aussi obtenu le soutien de la Fédération des producteurs de lait du Québec, qui a gracieusement offert au public un assortiment de fromages fins, et des Brasseurs RJ, qui ont servi gratuitement de la bière à cette occasion.